Il est là, enfin là. DJI a enfin sorti son nouveau drone: le Spark. Il est dans mes mains depuis 3 semaines. Il est temps de vous livrer mon test, qui n’engage que moi évidemment. C’est parti !

Les drones ne sont pas encore véritablement démocratisés sur le marché grand public. Parfois trop chers ou souvent inutiles pour beaucoup, ils restent des objets à part entière, qui permettent de se distinguer clairement sur la photo et la vidéo type “souvenirs de vacances”.

Le nouveau drone grand public de DJI, présenté fin mai, est sorti mi-juin dans le monde. Après une pré-commande fin-mai et plus de 4 semaines de patience, je l’ai enfin en main pour mon plus grand plaisir. Ceux qui me suivent sur Facebook ont pu avoir une rapide présentation du Spark lors de mon dernier live à Ouistreham. Si vous n’avez pas pu assister au live ou si vous êtes curieux, rdv ici. Un rapide aperçu est aussi consultable ici.

Dans ce test, je vais traiter du déballage du produit (très rapidement hein), de son design, de sa qualité photo/vidéo, de sa prise en main et de son autonomie. J’espère que vous allez suivre.

UNBOXING DU DJI SPARK

À la commande, j’ai choisi sans hésitation le pack combo proposé par DJI. Il faut savoir que la marque propose un choix à la commande: le drone seul avec le strict minimum (599 €), ou le pack combo (799 €), que je vous conseille vivement !

IMG_3459 TEST DU DJI SPARK

Reçu le 25 Juin dernier, je vous présente un déballage express. Dans la boite combo vous avez:

  • le Spark
  • la radio-commande (RC)
  • deux batteries intelligentes
  • une boite de transport
  • une sacoche de transport
  • deux paires d’ailes de remplacement
  • un chargeur (charge trois batteries en même temps)
  • des protections d’ailes (contre les chocs)
  • un cable micro USB (pour la recharge de la RC)
  • un carte SD de 16 Go (merci)

IMG_3460 TEST DU DJI SPARK

Le pack est très complet. Je l’ai personnellement choisi pour la batterie supplémentaire et la RC. Voilà, je n’en fais pas plus sur le déballage, on passe au design.

DESIGN

C’est petit, très petit. J’ai été très surpris par le travail de miniaturisation dans la conception de ce drone. Le body est plus petit qu’un iPhone 7 et il ne pèse que 300 g. En main, le drone est clairement un jouet. Le Spark est entièrement fait de plastique sans vis apparentes. La finition du produit est excellente. Le drone parait solide et de très bonne facture !

IMG_3557 TEST DU DJI SPARK

D’envergure, le drone n’est pas plus grand qu’un carré de 170mm de coté. C’est un des drones les plus petits du marché. DJI a clairement misé sur la mobilité, et cible, avant tout, les voyageurs, les amateurs de photos et de videos d’une nouvelle génération. le voici avec ses ailes de protection.

IMG_3433 TEST DU DJI SPARK

Les ailes sont aussi en plastique, et sont de très bonne qualité. Lors de mes premiers essais, les ailes ont touché des lampadaires extérieurs, ou même taillées la pelouse pendant un décollage ou un atterrissage. Elles n’ont strictement rien physiquement.

Quatre LEDS se situent juste en dessous des ailes pour vous aider dans votre guidage et vous indiquer l’avant et l’arrière du drone, avec des codes couleurs rouge et vert (comme sur les avions).

J’ai choisi la couleur Rouge Lave, un peu tape à l’oeil, mais tellement sexy pour ce type de produit. Il permet un peu de se distinguer des autres drones sur le marché. Il est disponible en bleu, rouge, blanc, vert et jaune.

LA RADIO-COMMANDE (RC) DU SPARK

Un drone sans radio-commande, c’est comme un jambon beurre sans la baguette. Si vous souhaitez profiter pleinement de votre drone, très clairement, prenez la RC vendue avec. Alors oui, le drone reste pilotable avec un iPhone, mais l’expérience n’est plus du tout la même. Vous êtes aussi très restreint sur le vol: limité à 150m de portée, 30m d’altitude… Sans oublier que vous pilotez le drone sur le tactile de votre smartphone, par conséquent le manque de précision dans votre pilotage est terrible… Bref mauvais plan.

IMG_3463 TEST DU DJI SPARK

Parlons de la RC. Deux joysticks, deux boutons personnalisables, un bouton dédié au déclenchement photo puis un à l’enregistrement vidéo, un mode Sport, un bouton dédié à l’atterrissage et enfin un bouton pause.

La RC est tout ce qu’il y a de plus classique. Elle dispose d’antennes WiFi pour le pilotage à distance et de deux petites pinces pour y caler le smartphone en guise d’écran de contrôle (grâce à l’application DJI GO 4, on en parle juste après). Sachez que la RC permet une portée de deux km, ce qui n’est pas si mal pour un si petit drone. La RC se connecte en WiFi à votre smartphone puis au drone pour commencer le pilotage.

L’autonomie de la RC est d’1h30 environ. Elle se recharge assez rapidement, comptez 45 minutes de charge. Avec son câble micro USB, vous pouvez utiliser une batterie externe pour recharger la RC.

Ses antennes WiFi diffusent sur deux fréquence: 2.4 GHz pour les grandes distances, et 5.8 GHz pour une portée plus courte.

L’APPLICATION DJI GO 4

L’application DJI est la colonne vertébrale de tout ce petit chantier. Vous pouvez, bien entendu, faire voler le drone sans l’application grâce à son mode gestuel, mais l’application regorge de fonctionnalités, de paramètres dont vous aurez du mal à vous passer.

En effet, l’application est très complète. Vous avez quatre panneaux: Matériel, fonction principale de l’application, l’éditeur de photos et vidéos, le réseau social SkyPixel et votre profil.

Matériel: c’est simple, c’est votre centre de contrôle du drone. C’est ici que vous paramétrez votre drone, que vous le faites voler, que vous avez le retour vidéo etc.

IMG_3831 TEST DU DJI SPARK

L’éditeur: il consiste tout simplement à télécharger vos photos et vidéos bruts pour ne pas perdre en qualité. Très utile si vous faites de la post-production. Vous avez bien sûr la possibilité de personnaliser vos créations par des outils dédiées. Découpage video, retouche photo…

IMG_3835 TEST DU DJI SPARK

SkyPixel: c’est l’Instagram de DJI, tout simplement.

IMG_3834 TEST DU DJI SPARK

Profil: toutes vos informations personnelles, vos enregistrements de vols, et le support DJI en cas de problèmes.

IMG_3833 TEST DU DJI SPARK

Gratuite, application est disponible sur iOS et Android.

LA PHOTO

J’attendais beaucoup de la photo, plus que la vidéo. Le Spark a un capteur de 12 millions de pixels. Jusque là, c’est assez classique. Le souci c’est que le rendu est génial. J’appréhendais beaucoup la qualité photo, mais c’est juste magnifique. Sans être professionnel, j’ai été agréablement surpris par la photo. Plutôt que de vous faire un long discours, voici quelques clichés pris avec le Spark. Attention de bien télécharger les versions brutes pour ne pas perdre en qualité. Les réseaux sociaux ont tendance à dénaturer la photo.

LA QUALITÉ VIDÉO DU SPARK

À mon grand regret, le Spark ne filme pas en 4K, et se limite à du 1080p (1920×1080) à 30 images/s (j’aurai aimé 60 images/s pour plus de fluidité). Quand vous êtes habitué à regarder du contenu 4K, la différence se fait sentir. Mais pour des personnes moins alertes, la vidéo reste tout de même de très bonne qualité. En 4K, le drone tiendrait certainement moins longtemps sur la durée de vol.

Voici une vidéo tournée avec CharlotteFoisPlus à l’occasion d’une session skate. Ça vous aidera à vous faire votre propre avis. Personnellement, je trouve la qualité vidéo très correcte. C’est mon tout premier enregistrement vidéo. Ne me jugez pas sur le pilotage svp (je débute 😬)

LE MODE “GESTE” DU SPARK

Le drone se pilote de trois façons différentes: avec la radio-commande, un smartphone, et par les gestes. C’est l’argument marketing de ce drone. Il est entièrement pilotable avec les mains. Par différents gestes, vous pouvez faire voler ce drone de différentes manières. Voici la liste des gestes ainsi que leur fonction:

  • de la paume de votre main, vous pouvez faire décoller le Spark grâce à la reconnaissance faciale. Deux clics au dos du drone, et il se met immédiatement à voler.
  • Faites un \o/ avec vos mains et le drone se rapprochera de vous.
  • Faites un rectangle avec vos mains, et le drone prendra une photo-selfie.
  • Tendez votre mains vers le drone (à env. 2m de distance) et le drone suivra votre main
  • Enfin, pour le faire atterrir, tendez la paume de votre main juste en dessous du Spark, et le drone atterrira.

Voilà donc une série de gestes qui vous permettront de vous dispenser d’une RC ou d’un smartphone.

AUTONOMIE

DJI annonce une autonomie de 15 min par session de vols. En condition réelle, j’ai plutôt estimé mon temps de vol à 13 ou 14 min. Si vous souhaitez utiliser le mode Sport (vitesse de vol égale à 50 km/h), la batterie fondera comme neige au soleil.

La batterie du Spark a une capacité de 1500 mAh. Elle se recharge assez rapidement: environ 45 min grâce au chargeur inclus dans le pack.

6174618576_IMG_3450 TEST DU DJI SPARK

C’est la raison pour laquelle, j’ai choisi le pack combo proposant une batterie supplémentaire. Et ce n’est pas un luxe quand vous savez qu’ une batterie intelligente vendue séparément coute la bagatelle 59 €.

D’un point de vue personnel, on souhaite toujours avoir mieux en terme d’autonomie. Aujourd’hui, cela reste un point noir sur les drones. Ils sont très énergivores, mais la technologie est encore trop récente pour avoir du mieux. Des progrès techniques sont encore à attendre pour les prochaines générations. Le constructeur qui proposera un produit réellement abouti et maitrisera puissance et autonomie aura tout gagné. C’est le grand challenge des années à venir.

En ce qui concerne le Spark, pour un si petit drone, DJI a réussi le pari de ne pas descendre l’autonomie en dessous des 10 min. Pour info’ le Mavic Pro a une autonomie de vol estimée à 30 min. Tout à fait normal, car le drone est plus grand que le Spark. Les batteries ont donc une capacité supérieure à celles du Spark.

POINT LÉGISLATION

Si vous avez un drone, vous savez sans doute que vous ne pouvez pas le faire voler n’importe où. En France, une législation encadre l’utilisation d’un drone. En effet, et par mesure de sécurité, il est interdit de survoler des zones urbaines, des aéroports, ou d’autres zones sensibles comme un site nucléaire ou militaire. Normal.

Au déballage, DJI vous propose de mettre à jour votre Spark. Une mise à jour qui fait polémique, puisque celle-ci allait empêcher votre drone de décoller s’il détectait sa position dans une zone interdite de vol. J’ai longtemps hésité à le mettre à jour, puis j’ai sauté le pas.

En réalité, la mise à jour actualise la carte des zones de non-vol et améliore certaines fonctions du drone. Aussi, il est important que vous sachiez que si vous faites voler votre Spark, uniquement avec vos mains, le drone sera limité à 30m d’altitude et 50 m de portée avec cette MàJ.

Dans les autres cas de situation, juste avant de faire décoller votre Spark, et selon sa position GPS, l’application vous avertie si vous êtes dans une zone de non-vol en indiquant la classe de la zone en question. En l’occurence, la Classe D signifie que vous êtes dans une zone urbaine.

IMG_3832 TEST DU DJI SPARK

Bref, le drone décollera, mais c’est de votre responsabilité s’il vous arrive quelque chose. Avec cette mise à jour, DJI se dégage de toute responsabilité si votre drone enfreint la loi. Il en va donc de votre propre sécurité, mais aussi de celle des autres personnes que vous survolez.

MON AVIS SUR LE SPARK

À 800 € le drone, je ne regrette absolument pas cet investissement. Je n’ai que deux regrets sur ce drone: la video en full HD et non en 4K et l’autonomie de 15 min. J’ai aussi quelques soucis de calibrage du compas avant chaque décollage. Mais le drone est encore jeune, et les mise à jour devrait corriger les quelques bugs à l’avenir.

J’ai acheté ce drone avant tout pour la photo, plus que la vidéo. J’arrive enfin à faire de superbes photos de lieux qui m’inspirent (une plage, un monument, une ville…) Et j’ai déjà hâte de voir les photos en Islande.

Étant complètement débutant en matière de pilotage, on prend rapidement la confiance. Ce drone est doté de beaucoup d’assistance, ce qui facilite son pilotage.

Le mode de pilotage par les gestes est dingue, même si je ne vais l’utiliser des masses. On se demande comment DJI a pu mettre autant d’intelligence dans un si petit drone avec autant de fonctions intelligentes comme l’Active Track ou le QuickShot (cinématique de vol automatique).

Ce qui me plait enfin, c’est justement sa taille. Il est transportable partout grâce à sa petite sacoche. Raison pour laquelle je n’ai pas choisi le Phantom 3 (4K), à cause de sa taille, beaucoup trop grand pour le transporter en voyage.

Encore une fois, je vous incite fortement à choisir le pack combo, pour profiter pleinement de ce petit bijou. À 800 €, le prix n’est pas forcement si cher quand on connait toutes les fonctions que propose ce drone.

N’hésitez-pas à suivre les comptes sociaux du blog et ainsi voir des photos inédites prises avec le Spark.

J’étais avoir été assez complet sur ce test. Si vous avez des suggestions, des questions ou mêmes des remarques, partagez-les dans les commentaires, je serai ravi de vous répondre.

Merci de m’avoir lu et à très vite !


Facebook-5 TEST DU DJI SPARK

instagram1 TEST DU DJI SPARK

twitter1 TEST DU DJI SPARK

 

 

 

Posté par:Brian

Passionné par les voyages, la photo et les nouvelles technologies, je veux vous montrer qu'il y a autre chose à voir que l'ordinaire.

2 replies on “TEST DU DJI SPARK

  1. Cool ton article Brian. Est-ce qu’en terme de photo la qualité est la même que sur le Mavic Pro ?
    Je trouve tes photos vraiment belle en comparaison.
    Moi je galère souvent pour le traitement de celles d’Alex, je préfère 100 fois la qualité de la vidéo.

    1. Hello Vanessa !

      Le capteur CMOS du Mavic est de 12 millions Pixel et ouvre à 2.3, exactement comme le capteur du Spark, si bien que les photos sont d’une résolution quasi identique.

      Le Spark serait bien capable techniquement de filmer en 4K, mais il est bridé à du 1080p. Je pense que sur un plan logiciel, il serait capable d’être débridé.

      Évidemment, les photos de l’article ont retouché légèrement pour donner une dimension plus dynamique.

      À bientôt les canadiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *